• par Charles Bouessel du Bourg

    euros

    Article de janvier 2015

    La Banque centrale européenne devrait annoncer jeudi une politique "d’assouplissement monétaire" en rachetant massivement des actifs. De quoi s'agit-il ? Explications.

    Racheter des actifs, qu’est ce que ça veut dire ? La Banque centrale européenne (BCE) s'apprête à racheter massivement des dettes d’État européens (ce qui revient à prêter à ces États), avec de l’argent qu’elle va créer ex-nihilo (concrétement, il s’agit d’un simple « jeu » d'écriture dans les comptes des banques). Elle augmente ainsi les réserves du secteur bancaire et elle met de l’argent en circulation dans l’économie. On parle d’une politique « non conventionnelle » car, traditionnellement, la banque centrale fixe les règles du jeu (comme le montant des taux d'intérêt) mais ne créé pas elle-même de la monnaie courante.

    Comment faire ? Imaginons un emprunt d’État Français qui vaut 100€, détenu par une banque (l’emprunt est un engagement de l’État français à rembourser une certaine somme au bout d’une certaine période).

    La BCE va demander à la banque de lui transférer cet emprunt. En échange, la BCE (qui fixe les règles) va autoriser la banque à écrire dans ses comptes qu’elle possède 100 de plus.

    Dans quel but ? L'objectif est d’éviter la déflation, c'est-à-dire la baisse des prix. La spirale déflationniste est dangereuse car elle plombe l’économie : le cycle démarre par un surendettement des acteurs financiers.

    Pour se désendetter, ces acteurs diminuent leurs dépenses, et les banques réduisent l’offre de crédit. La demande diminue, l’offre doit donc s’ajuster : les prix baissent, et les salaires avec. Avec des salaires qui diminuent, les dettes sont de plus en plus difficiles à rembourser. Donc l’endettement augmente encore, ce qui aggrave encore la situation… L’augmention de la masse monétaire est censée soutenir l’offre de crédit et provoquer une inflation (hausse des prix) artificielle : il y aura plus d’argent en circulation pour la même quantité de biens. Mécaniquement, les biens devront coûter plus cher et les prix devront augmenter.

    Pourquoi seulement maintenant ? La FED (banque centrale américaine) ou la banque d’Angleterre ont fait tourner la « planche à billets » dès 2011, contrairement à la BCE qui n’avait, elle, qu’une seule obsession : maîtriser l’inflation.

    Mais la Banque centrale européenne a complètement sous estimé les risques de déflation. De plus, contrairement à la zone dollar, la zone euro regroupe des économies très différentes, voire inégales. Entre l’Allemagne et la Grèce, il y a un gouffre ! La monnaie unique est donc plus difficile à manipuler que le dollar, car il faut prendre en compte un grand nombre de facteurs avant de prendre une décision. De plus, la BCE a pu hésiter, par peur de jouer à l’apprenti sorcier.

    Les critiquesCet « assouplissement monétaire » n’a pas eu d’effet miracle aux États-Unis et en Angleterre. Certains économistes avancent qu’elle n’a pas d’effet sur l’économie réelle, car les banques ne prêtent pas automatiquement l’argent supplémentaire mis sur le marché.

    L’argent créé n’est donc pas injecté dans l’économie réelle. En effet, il est souvent plus rentable de spéculer que de prêter aux acteurs de l’économie réelle. En conséquence, seul le prix des produits soumis à la spéculation augmenterait, comme le pétrole, l’or, etc.

    Et ceux qui détiennent ces actifs (généralement les riches) seraient les seuls à s’enrichir ! En 2012, la banque d’Angleterre a d’ailleurs reconnu que cette politique avait privilégié les 5 % de citoyens les plus riches.

    Copié collé de www.ouest-france.fr


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • monopoly

    En 1971, une poche de gaz gigantesque avait été découverte, dans le golfe persique, répartie moitié moitié entre le Qatar et l'Iran. Cette poche, les qataris l'ont nommé North Dome, et les perses - ou iraniens - l'ont nommée South Pars (rien à voir avec Eric Cartman).

    Cette poche de gaz représente 20% des réserves naturelles de gaz du monde. Le Qatar a commencé les forages en 1988, pour passer, à partir de 1996, en phase de production et augmenter progressivement sa capacité de production, au fil des années.

    L’Iran, du fait du blocus économique qui le frappait, n'a pu commencer l'exploitation de ce champ que bien plus tard, mais rattrape depuis son retard.

    De l'autre côté, schématiquement, l'Europe est un gigantesque consommateur de gaz qui ne produit pratiquement rien et doit tout acheter sur le marché international. Les trois grandes sources de gaz qui alimentent l'Europe sont l'Algérie, les champs de la mer du nord (exploités par le royaume uni et la Norvège)... et la Russie.

    La Russie ayant réussi à nouer des liens proches avec l'Algérie, l'Europe vit donc dans une situation de dépendance stratégique permanente vis-à-vis d'une coupure toujours possible du gaz russe qui, si elle était également appliquée par l'Algérie, plongerait l'Europe dans une crise énergétique grave.

    La conjonction de ces deux facteurs, d'un côté un Qatar et un Iran producteurs massifs d'un gaz abondant, et de l'autre d'une Europe qui voudrait diversifier ses sources d'approvisionnement énergétiques, tout cela explique le rapprochement entre la France et le Qatar (mais aussi le relâchement du blocus iranien).

    Donc, à partir de 2007, un Qatar ayant des quantités immenses de gaz à fourguer a commencé à draguer l’État français, s'offrant des clubs de foot, des coupes du monde pour devenir populaire et... en substance, monter un projet de gazoduc direct, allant du Qatar, passant par l'Arabie Saoudite, rejoignant la Turquie, puis rentrant en Europe par les Balkans.

    Le seul problème... c'est qu'entre l'Arabie Saoudite et la Turquie, il n'y a que deux pays, le premier étant l'Irak et le second... la Syrie.

    L'Irak étant en guerre et jugé totalement inadéquat pour y construire un gazoduc, les qataris et les saoudiens ont proposé, en 2009, à Bachar El Assad de construire ce gazoduc sur son territoire.

    Bachar El Assad étant allié de la Russie, la Russie lui fit refuser ce transit, puisque ce gaz qatari allait la priver de son arme stratégique contre l'Europe. Assad refusa donc, en conséquence de quoi, en 2011 le Qatar et l'Arabie Saoudite consacrèrent quelques milliards d'euros à la création de milices en Syrie pour entamer un conflit contre Assad, dans l'espoir de le destituer, étant entendu que l’État qui prendrait sa place pourrait être islamiste ou n'importe quoi d'autre, la seule obligation qui lui incomberait, dès sa prise de pouvoir, se résumant à la construction de ce gazoduc.

    Le Qatar et l'Arabie Saoudite financèrent ainsi Al Nosra, branche d'Al Qaïda en Syrie, avec la bénédiction d'Israël qui voyait d'un bon oeil la chute d'El Assad, qui ainsi arrêterait de financer le Hezbollah qui du coup n'aurait plus eu de financement pour continuer de tirer des roquettes sur Israël.

    Et la guerre civile en Syrie éclata, et ... la guerre s'enlisa, pendant des mois, des années...

    En septembre 2013, excédés par le temps que prenait cette petite guerre coloniale, les USA, la France et le Royaume uni se décidèrent à envoyer une flotte de guerre pour appuyer les rebelles syriens et faire chuter Bachar et son régime.

    La Russie, qui ne l'entendait pas de cette oreille, envoya plusieurs navires de guerre s'interposer entre la côte syrienne et la coalition qui allait passer à l'attaque.

    Il faut ici comprendre que la façon de faire la guerre des USA est très monolithique, codifiée... lorsqu'ils passent à l'attaque, ils le font :
    1) avec des missiles tomahawk, qui permettent de détruire les radars à interférométrie et les radars passifs (ceux qui voient les avions furtifs),
    2) ce qui permet ensuite d'envoyer l'aviation furtive détruire les défenses anti aériennes et les PC de commandement,3) ce qui permet ensuite d'envoyer la vague de bombardiers classiques pour inonder les troupes terrestres ennemies de bombes.

    Donc, toute la stratégie américaine est basée sur l'attaque première des tomahawk. En septembre 2013, la flotte américaine, avant de lancer le gros de ses tomahawks en a lancé deux, de "reconnaissance"... et ils ont eu la très désagréable surprise de les voir tomber dans l'eau, leurs missiles ayant été brouillés par les contre mesures électroniques de la flottille russe.

    Donc, alors que la télé nous bombardait avec les explications sur l'attaque qui allait avoir lieu, que Hollande l'avait annoncée publiquement... eh bien l'occident a du replier ses billes et rentrer penaud à la maison, puisque l'attaque ne pouvait pas avoir lieu. Et cette guerre annoncée fut oubliée du jour au lendemain par nos médias.

    La vengeance de l'occident eu lieu quelques mois plus tard, en Ukraine. Une révolution fut organisée par les services secrets européens. Des barbouzes de la DGSE engagèrent quelques centaines de mercenaires pour organiser un coup d’État, qui eut bien lieu, le but premier étant de punir la Russie qui avait eu l'outrecuidance de croire qu'elle pouvait agir en tant que superpuissance.

    Et l'Ukraine tomba aux mains d'une junte pro-occidentale. La Russie réagit en récupérant la Crimée et en réussissant à utiliser le sentiment pro-russe d'une bonne moitié de l'Ukraine pour entamer là bas une guerre civile.

    (Un avion de ligne abattu dans le ciel ukrainien) permet à l'Europe d'inventer des sanctions économiques contre la Russie, ce qui permit de mettre à mal l'économie russe et de diminuer la valeur du rouble par deux face à l'Euro tout comme au dollar.

    Mais la Russie survécut sans trop de problèmes au choc économique.

    Pendant ce temps, la guerre continuait en Syrie... Al Nosra avait accouché d'un monstre, l'Etat Islamique, la guerre de tranchées était de plus en plus défavorable au régime d'El Assad...

    L'Iran, considérant - à juste titre - que l'Arabie Saoudite finançait l'EI aussi bien en Syrie qu'en Irak, l'Iran soutenant les pouvoirs centraux syrien et irakien et étant en conflit officieux avec l'Arabie Saoudite sur deux fronts déjà, décida d'appuyer une révolte armée au Yemen contre l'Arabie Saoudite. Ce conflit débuta en mars 2015.

    Ainsi donc, l'Iran et l'Arabie Saoudite sont en conflit désormais sur trois fronts, en Syrie, en Irak et au Yemen... l'exploitation de la poche de gaz north dome/south pars étant évidemment le noeud du problème.

    C'est ainsi que la Russie décida d'intervenir directement en Syrie, il y a un ou deux mois, pour assister le pouvoir central, en faisant travailler essentiellement son aviation, sans troupes au sol.

    L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme, comme disait tonton Victor... Les troupes d'el Assad reprenant le dessus, la construction qataro-arabo-turco-atlantiste tombait à l'eau. Qui plus est, l'Etat Islamique et Al Nosra ayant poussé le bouchon un peu plus loin que ce qui était attendu... il devenait de plus en plus difficile pour les "démocraties" occidentales de faire croire qu'elles étaient du côté du "bien"... et l'on ne peut que constater l'habileté avec laquelle Poutine a réussi à remporter la guerre médiatique en occident.

    Comme quoi, il est évident que le commun des mortels ne possède pas toutes les informations et renseignements pour se faire une juste opinion de tous ces conflits! 

    Informations reçues par un ami qui vous veut du bien !


    votre commentaire
  • quand c'est gratuit

    votre commentaire
  • verre fleuri de la caverne des farfadets 3

    Principe
    Mouiller le bord de vos verres en y passant un demi-citron puis poser le verre sur une assiette dans laquelle vous aurez pris le soin d’étaler du sucre fleuri : le mélange pétales de fleurs et cristaux de sucre est du plus bel effet !
    Peut servir pour des verres à boire, mais aussi pour des verrines.
    Variante : remplacer les fleurs par de la poudre d’orties par exemple
     
    Ingrédients : : si vous ne les faites pas vous-même, la Caverne des Farfadets propose un grand
    choix

     

    votre commentaire
  • Le Riz, Jing Mi.

    Céréale incontournable, consommée par plus des 2/3 de la population mondiale, le riz se dit Jing Mi, 粳米 en chinois.

    C’est une céréale de la famille des graminées. Son nom scientifique est Oryza Sativa. Cultivée dans les rizières, cette plante nécessite pour sa croissance beaucoup d’eau et d’humidité. Elle peut atteindre jusqu’à 90cm de haut. Chaque épi donne énormément de graines appelées Mi, ç±³.

    C’est donc avec le blé la céréale la plus connue dans le monde : « Là où il y a de l’eau, on cultive le riz. Au centre des continents, où l’eau est plus rare, on consomme le blé ».

    C’est l’aliment de base de la cuisine asiatique, indienne et japonaise.

    L’homme a commencé à cultiver le riz il y a plus de 10.000 ans. Sa culture a débuté en Inde, puis dans le sud de la Chine, pour ensuite « inonder » le reste du monde.

    C’est Alexandre le Grand qui l’importa en Grèce. En Europe, on a commencé à le consommer qu’au 16e siècle. Son nom viendrait du Tamul « Arizi ».

    Le riz, au contraire du blé, est à l’heure actuelle très peu modifié génétiquement. Il ne déclenche donc pas un « stress de rejet » par l’organisme. C’est donc une véritable céréale universelle.

    Il existe plus de 4000 variétés de riz de par le monde. On trouve le riz long, mi-long, court. Selon ses caractères gustatifs, on parlera de riz gluant, de riz parfumé comme le Basmati, de riz rond qui sert à faire le risotto. On a aussi le riz rouge des contreforts de l’Himalaya, le riz pourpre, le riz noir de Chine.

    Par les temps qui courent, il faut savoir que le riz ne contient pas de gluten !

    Nous allons voir que c’est l’aliment par excellence capable d’amener l’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner.

    Quelques proverbes pour nous ouvrir l’appétit :

    « Même la meilleure des ménagères ne peut pas, si elle n’a pas de riz, préparer son repas » Proverbe chinois.

    « Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaque jour il diminue un peu » Proverbe malgache.

    Et enfin : « le riz qui est dans ton grenier est ton ennemi parce qu’il excite la jalousie de ceux qui n’en ont pas ». Proverbe thaï.

    Que dit la médecine chinoise ?

    Le Riz est de saveur Douce et Neutre. C’est d’ailleurs la plante de référence quand on doit parler de la saveur douce. Cette saveur a comme action de tonifier prioritairement l’énergie de la Rate. Sa neutralité en fait l’aliment du « juste milieu ».

    Les méridiens-organes cibles sont ceux :

    • De la Rate,
    • de l’Estomac,
    • du Poumon.

    Ces principales actions sont de:

    • Renforcer l’énergie de la Rate.
    • Stimuler le Foyer Moyen.
    • Harmoniser l’Estomac.
    • Nourrir les « cinq organes »
    • Calmer la soif et de générer les liquides organiques.
    • Éliminer l’humidité (surtout quand il est grillé à sec avant la cuisson).
    • Tonifier le Yang.

    *En tant que tonique du Foyer Moyen (Rate-Estomac), le riz permet d’ouvrir l’appétit, de renforcer l’organisme. Il ne faut pas oublier que le « logiciel Rate » est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire, et qu’un déséquilibre énergétique de cet organe, qui perdure trop longtemps, pourra avoir de graves conséquences sur notre santé.

    Le riz est donc l’aliment idéal pour les états de maigreur, chez les convalescents, les états de grande fatigue ou de faiblesse généralisée. À condition évidemment de bien le mastiquer. Nous allons y revenir.

    *Quand l’énergie de la Rate est effondrée, les aliments ne sont plus assez digérés et cela peut être la cause de diarrhées chroniques. Le riz est excellent dans ce cas. Mais on peut aussi en consommer en cas de diarrhées infectieuses.

    *C’est un des grands aliments capables de recharger la batterie de l’organisme.

    *Puisque les muscles et les chairs sont à mettre en relation avec la Rate, on dit que le riz permet de les « nourrir », de les renforcer, de les tonifier.

    *Nous savons que Poumons et pores de la peau font partie du même logiciel en médecine chinoise. Par son action de tonification de l’énergie du Poumon et de la Rate, il permet de lutter contre les transpirations spontanées liées à un état de faiblesse du Poumon.

    Que disent les recherches modernes ?

    *Le riz, surtout le riz complet, mais aussi le riz blanc contient beaucoup d’antioxydant comme le tocotrienol dont fait partie la vit. E qui aurait de grandes propriétés anti tumorales.

    *Le riz complet est fortement acidifiant alors qu’il l’est modérément pour le blanc.

    *C’est une bonne source de manganèse qui participe à la prévention des dommages causés par les radicaux libres, de même que le Sélénium qu’il contient.

    *Il contient du phosphore, très bon pour les os.

    *Il contient aussi du zinc, du fer, du cuivre, de la vit. B1, B3, B6.

    *On lui attribue un effet anabolisant permettant de renforcer la musculature (c’est ce que dit la MTC aussi).

    Mode d’utilisation.

    *Sa consommation la plus courante est évidemment sous forme de graines. Mais il peut être aussi transformé en pâte de riz, en farine, en galette, en riz soufflé, en lait de riz.

    *Le riz gluant sert surtout dans la préparation de desserts.

    *On peut aussi en faire de l’alcool : Saké au Japon ou alcool de riz.

    *Riz blanc ou riz complet ?

    C’est la grande question. Il est évident que le riz complet contient beaucoup plus de principes actifs et que cela devrait être la finalité dans la consommation de cette céréale.

    Mais posons-nous la question suivante : pourquoi en Asie, au Japon, en Inde,  ne consomme-t-on quasiment que du riz blanc ?

    Quelques éléments de réponse.

    Avant tout il faut savoir qu’il y a une grande différence entre le riz complet et le riz brun. Il faudra d’abord obligatoirement les consommer « bio », car ils peuvent être au contact direct des pesticides. Ensuite surtout s’il est complet, il peut rester des particules qui peuvent blesser le tube digestif et s’incruster très facilement dans les villosités intestinales (grande cause de polypes). Bien sûr tout cela pourrait être évité si on le mastiquait 20-30 fois. Mais qui mâche autant à l’heure actuelle ?

    Ensuite que recherche-t-on dans le riz : des sucres lents avant tout, tous les autres éléments pouvant être apportés par la diversification de notre alimentation. N’oubliez pas cette règle d’or que vous retrouvez dans le coffret sur la diététique : « les céréales ne se transforment en sucres lents que dans la bouche, à condition qu’elles ne soient mélangées à aucun autre ingrédient, et surtout mastiquées très longuement ». Cela devrait devenir la base énergétique de notre alimentation quotidienne, puisque c’est le riz prioritairement qui amène l’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner.

    Ensuite le riz complet doit cuire beaucoup plus longtemps  et surtout comme je le disais plus haut, mastiqué très longuement.

    Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, il vaut mieux privilégier le riz blanc, tout en prenant de temps en temps du riz complet.

    *Le riz précuit dit incollable que l’on trouve dans le commerce a perdu pratiquement toutes ses propriétés. On dit en médecine chinoise qu’il a perdu son Qi, son énergie, son Shen, son apparence, mais aussi son Jing, son « essence ».

    *Pour que le riz puisse être digeste et donner toutes ses propriétés, il doit être bien cuit.

    *Quand on prépare le riz, il vaut mieux le rincer pour enlever le surplus d’amidon et les résidus, jusqu’à ce que l’eau soit claire. L’idéal serait de faire tremper le riz 1h. Non seulement cela permet de réduire le temps de cuisson (6-8 minutes au lieu de 15’), mais il sera cuit beaucoup plus à cœur.

    *Comme toutes les céréales, le riz va donc amener la véritable énergie, dont le corps à besoin, ce que l’on appelle les « sucres lents ». Mais du fait de cette lenteur de digestion, il y a un risque de stagnation au niveau de l’estomac qui peut être très préjudiciable. Donc dans le meilleur des cas, le riz doit être consommé nature, sans adjonction de quoi que ce soit, même pas de sel. Il devra être accompagné obligatoirement par des légumes qui grâce à leurs fibres vont favoriser la digestion de ce riz. Je vous renvoie à mon cours sur la diététique.

    *Il existe en Chine du riz germé que l’on appelle « Gu Ya » qui a la propriété de dissoudre les stagnations, d’éliminer le Tan, les déchets et de renforcer très fortement l’énergie de la Rate. Il peut par exemple être très utilisé en cas de maladie de Crohn (comme toute sorte de riz d’ailleurs, en évitant le riz complet qui risque d’augmenter les inflammations).

    *Un autre mode de préparation médicinale : le riz brûlé appelé « Gou Jiao » qui signifie littéralement « marmite brûlée » ! En tant que produit asséchant, il permet de lutter contre les selles liquides. Il permet aussi de ralentir le péristaltisme intestinal et de calmer les douleurs intestinales. Il convient de ne pas en prendre quand il y a présence de symptômes de sécheresse.

    *Intéressons-nous maintenant à une préparation très connue en Chine : le « Congee ».

    Il est de tradition en Asie de consommer deux à trois fois par an, pendant deux jours, un gruau de riz ou potage de riz que l’on appelle donc Congee. Ce « potage » sera uniquement accompagné de quelques légumes salés.

    Il va avoir comme action de déclencher un nettoyage en profondeur des intestins. Ensuite les jours de la nouvelle lune et de la pleine lune on en prendra le matin au petit déjeuner.

    Préparation : « Mettre dans une casserole 100 gr de riz blanc avec 5-6 fois son volume d’eau. Placer alors la casserole à feu très doux pendant plusieurs heures (par exemple le soir avant de se coucher, pour qu’il soit prêt le matin au réveil. Vous pouvez opter pour une méthode plus rapide en mettant le riz de la veille dans de l’eau et en faisant cuire le tout à la vapeur. On va obtenir ainsi une soupe de consistance moyenne (la cuillère ne doit pas tenir verticale dedans). Elle doit donc être assez liquide pour avoir la sensation de boire ».

    En fin de compte, ce n’est que du riz et de l’eau et son goût peut paraître un peu fade : c’est la vraie saveur douce en diététique indispensable pour tonifier l’énergie de la rate.

    Hors ces périodes de nettoyage, ce Congee peut servir de base à la préparation d’une multitude de recettes médicinales. Par exemple avec des feuilles de moutarde pour dissoudre le Tan. Avec des feuilles de menthe pour clarifier la chaleur.

    Dans les campagnes chinoises, on avait l’habitude de consommer ce Congee avec des légumes sautés et très peu de viande.

    *Une petite cure de beauté. Les Japonais ont élaboré un masque rajeunissant à base de riz : « Prenez 3 cuillères à soupe de riz complet bio, une cuillère et demie d’eau distillée, 2 cuillères de pulpe d’avocat et ½ cuillère de miel. Faire cuire le riz jusqu’à ce qu’il ramollisse. Gardez l’eau de cuisson. Mélangez le riz, l’avocat et le miel pour en faire une pâte à appliquer sur la peau. Laisser agir ½ heure, puis rincer avec l’eau de riz restant ».

    Vous allez voir. Les résultats sont spectaculaires. En effet, le riz est un tonique de la peau, riche en vit. B. Il hydrate, régénère et raffermit la peau. Non seulement cette « potion magique » a un effet anti ride, mais c’est aussi un exfoliant. Il élimine les tâches de peau. Essayez…

    Conclusion

    Vous avez bien compris que le riz devrait devenir un élément central dans votre diététique quotidienne, différente de la diététique des jours de fête, cette diététique qui a pour fonction d’apporter de l’énergie à votre organisme.

    Mais rappelez-vous que le riz doit être consommé nature, sans adjonction de quelques ingrédients que ce soit pour qu’il puisse donner le maximum de son sucre lent, le maximum d’énergie au corps. Donc le « riz cantonais » n’entre pas vraiment dans cette diététique quotidienne.

    Et puis surtout il faut réapprendre à mâcher, car toute cette « alchimie », cette transformation se fait dans la bouche et très peu dans l’estomac.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • fillettes du niger

    Nominations au Centre « Après-demain »

    Lors de mon dernier séjour automnal au Niger, (encore 42° à Zinder à cette période-là), le personnel local s’est vu gratifier de certaines nominations ! Pour les remercier de leur travail, de leur assiduité ces dernières années et les fidéliser pour les prochaines années, le comité de l’Association a décidé de nommer le jeune directeur d’école en tant que directeur du Centre. Un ancien instituteur de l’Association (3 ans avec l’Association) a été nommé directeur d’école et une ancienne institutrice (4 ans avec l’Association) a été nommée surveillante générale du Centre, avec la responsabilité de la bibliothèque. Nous avons une belle et riche bibliothèque au réfectoire du Centre, grâce aux centaines de livres reçus en 2013 par container, par de généreuses personnes en Suisse.
    La surveillante générale du Centre dispensera également des cours de rattrapage aux élèves qui ont un peu de peine avec certaines matières, des cours de français aux filles de la couture et aux filles-mères et elle participera aux visites à domicile des élèves malades ou absents sans justificatif. Balkissa, la future jeune secrétaire du Centre, recevra également des cours de français de sa part pour améliorer encore son vocabulaire et l’orthographe. Afin de me rédiger de magnifiques et complets rapports journaliers des activités au Centre !
    Les collégiennes sont ravies de disposer de jolis et illustrés livres au Centre. Cela leur permet d’améliorer encore leurs connaissances et la pratique de la lecture.
    En 2 ans, le directeur du Centre est passé d’instituteur à directeur d’école pour être aujourd’hui le directeur du Centre. Après un engagement, ce printemps, avec une volontaire de la Suisse pour m’aider sur le terrain, nous avons privilégié de nommer le personnel local du Centre, pour plus de sécurité et de responsabilité locale.
    Je peux ainsi envisager sereinement, dès 2016, de travailler davantage depuis la Suisse, avec le Niger. Grâce à une connexion internet qui est plus ou moins assurée, selon les jours et les périodes de l’année (tempêtes de sable, chaleurs a passé 50°, inondations durant la saison des pluies…) je peux être en contact chaque jour avec le directeur du Centre, grâce à Skype et les rapports journaliers par mail. Je travaille par Skype depuis quelques mois et nous en avons un très bon fonctionnement et grande satisfaction. Cela encourage également le personnel local de savoir que leur fondatrice est toujours avec eux et les encourage à poursuivre leur travail et relever les défis qu’incombe un tel Centre pour les enfants orphelins, les enfants albinos et les filles-mères!
    La nouvelle infirmière du Centre (engagée cet été à l’essai) a de nouveau dû être changée. Quand je suis arrivée à Zinder, j’ai découvert quelques abus (elle envoyait des filles couturières faire ses achats personnels au marché durant le travail) et je lui en avais fait la remarque, pour qu’elle puisse améliorer son comportement. Malheureusement, elle n’a pas accepté mes conseils et elle a quitté dans la demi-heure son poste de travail, laissant 173 enfants au Centre et ses collègues… Comme cela devient une habitude de devoir trouver chaque année une nouvelle infirmière (et secrétaire) nous avons rapidement reçu de nouveaux dossiers, que nous avons sélectionnés au mieux, selon leur contenu et l’expérience. Le manque d’assiduité au travail, la fidélité et l’expérience au quotidien sont malheureusement des qualités qui manquent beaucoup dans la région de Zinder…. Mais on y travaille, on y travaille ! C’est justement tout le sens de scolariser et éduquer les filles et les garçons de l’Association, pour leur permettre, bientôt, de travailler au Centre avec un contrat de travail. Ils auront vu le fonctionnement du Centre et l’exemple de leur fondatrice et « tantie » Isabelle, qui ne se fatigue jamais à remettre de l’eau à l’ouvrage (et au moulin) !
    Le meilleur exemple en est justement la jeune ex-collégienne Balkissa, qui commencera sa formation de secrétaire début 2016 !

    2ème naissance au Centre de l’Association !

    Balkissa, la jeune ex-collégienne qui avait été mariée et répudiée par son mari de 60 ans, a mis au monde une petite fille, Hamida ! Elle est née en octobre et elle fait la joie du Centre, par ses sourires et ses pleurs nocturnes ! Hamida participe déjà à la vie du Centre et elle a plein de petites mains et de petites mamans qui s’occupent d’elle pendant que sa vraie maman donne des cours aux petites filles de la maternelle du Centre ! En attendant que Balkissa étudie le secrétariat, elle apprend aux petites de la maternelle les chiffres, les lettres, le chant et le dessin, contre une indemnité tous les vendredis pour son excellent travail d’assistante maternelle !

    Amadou, au Paradis des enfants

    Le jeune garçon albinos, Amadou, a enfin été libéré de ses grandes souffrances…
    Accompagnée du directeur du Centre, de la fidèle et dévouée nounou du Centre, du directeur du service social de l’hôpital de Zinder et d’un chauffeur expérimenté, je suis allée visiter pour la 2ème fois Amadou dans son petit village Peulh, à 112 km de Zinder. Toujours le même trajet, des « routes » cabossées et trouées, nous nous accrochions, dans la voiture, à tout ce semblait solide !
    Le père d’Amadou était très content de nous revoir, mais l’état de santé d’Amadou n’était vraiment pas encourageant… Il n’arrivait plus à se lever depuis quelques semaines. Il était trop faible. Il avait choisi de ne plus se nourrir pour pouvoir mourir et ne plus endurer les douleurs de la tumeur qui le frappait au visage… Je suis allée lui dire bonjour et quelques mots pour réchauffer son coeur (et le mien), qu’il n’était pas seul en ces durs moments. L’odeur était insupportable, on pouvait sentir la pourriture de la peau à des dizaines de mètres autour de sa case en paille. Son père a demandé ce qu’il pouvait faire pour atténuer cette odeur si forte. Rien, sinon accepter et vivre avec... par 40° !
    J’ai découvert Amadou, sous sa moustiquaire bleutée, avec une peau nécrosée et desquamée (comme des écailles). Il n’avait plus de peau sur la joue droite qui protégeait et habillait la mâchoire, sa joue partait en lambeaux rougeâtres et blanchâtres, on voyait ses dents sur toute la longueur de la mâchoire…. Et les insectes dansaient autour d’Amadou, comme des milliers de piqûres qu’il ressentait à l’infini dans sa tête et sur tout le visage….
    Sur le chemin du retour, nous étions 5 à prier silencieusement de toute notre âme, pour que les nouveaux médicaments et antidouleurs que je lui avais remis, puissent le soulager vraiment….
    Le mercredi suivant (nous étions allés le visiter un samedi), le père d’Amadou s’était déplacé au village voisin (25 km) pour intercepter un peu de réseau dans cette région et nous informer qu’Amadou avait rejoint le Paradis des enfants dans la nuit....
    Dans le village Peulh d’Amadou, à côté de son père et avec le directeur du Centre (à g.)

    Bilan de l’année

    L’année 2015 aura vu prendre des responsabilités effectives du personnel local au Centre « Après-demain » ! Les nouvelles nominations du directeur du Centre, du directeur d’école et de la surveillante générale permettront au Centre et aux 173 enfants orphelins, albinos et filles-mères de croire en un avenir qui se dessine gentiment mais sûrement, en responsabilisant les personnes du cru et en respectant leurs coutumes et traditions.
    Les nombreuses visites officielles, tout au long de l’année et particulièrement en 2ème partie de l’année, ont permis à différents Ministères du Niger et de la région de Zinder, de découvrir un établissement en mode « internat », qui permet à des jeunes d’être pris en charge d’une façon très constructive, disciplinée et avec du personnel local.
    La deuxième et dernière distribution alimentaire (riz ou maïs, oignons, sel et savons) de l’année, pour aider les familles des élèves de l’Association, en novembre dernier, a eu l’honneur d’accueillir la délégation du Sultan de la région de Zinder. Le Sultan est l’autorité morale et religieuse et il est extrêmement respecté par la population. Il a parlé aux parents présents et leur a dit combien il était important et nécessaire de laisser les jeunes filles étudier et ne pas les marier trop tôt ou les retirer de l’école pour travailler au marché ou aux champs durant la saison des pluies (de juillet à octobre).
    3 radios locales et la télévision régionale de Zinder sont venus enregistrer durant cette partie officielle de la distribution. Les images ont été diffusées le soir-même à la télé et plusieurs fois durant la journée sur les chaines de radio locales. Le directeur du Centre avait parlé en langue traditionnelle haoussa et j’avais témoigné en français.
    La Ministre de l’éducation du Niger a fait envoyer au Centre « Après-demain » du matériel scolaire pour nous féliciter et nous encourager !
    Notre demande d’autorisation d’être reconnue comme Association formatrice pour ses élèves est en cours. Nous avons reçu la 1ère visite officielle du Ministère de la formation professionnelle, qui donnera son avis prochainement pour la poursuite du dossier à la capitale. La 1ère étape consiste à recevoir l’autorisation de former des secrétaires, des assistantes et des monitrices pour la couture. La 2ème étape sera de former les garçons du Centre par des ateliers extérieurs de menuiserie, de mécanique et d’électricité. Les garçons sont âgés actuellement de 4 à 9 ans, cela nous donne une certaine marge pour préparer ce projet…
    La récolte de Niébé, d’arachides, de mil, d’haricots, de sorgo (soja) et de canne à sucre a été bonne au Niger pour la saison 2015-2016 ! Il a heureusement plu suffisamment, entre juillet et octobre, sur certains endroits du Niger, dont Zinder !

    2006 – 2016 : 10 ans pour le Niger !

    L’année prochaine marquera mes 10 ans de présence et de réalisations concrètes pour les enfants de Zinder au Niger!
    L’Association « Au Coeur du Niger » avait été fondée en 2009 et est toujours très active et réactive, grâce aux membres du comité et aux très généreux donateurs, qui ont cru en ces projets et que l’on pouvait réellement apporter une aide concrète et directe sur le terrain, en scolarisant, éduquant et formant les jeunes !

    Le mariage précoce au Niger

    "C'est un excellent film sur le mariage précoce à Tchintabaraden dans l'Azawak."

    Quelques informations et chiffres :

    Le Niger a le plus haut taux de mariage au Monde des très jeunes filles :
    72% avant 18 ans,
    28% avant 15 ans
    48% des jeunes filles sont mères avant leurs 18 ans,
    10% des jeunes filles sont mères avant leurs 15 ans,
    34% des jeunes filles de 15-19 ans meurent lors de leur grossesse ou au terme de leur grossesse.
    Les petites couturières en plein cours, très concentrées sur leur travail au Centre ! Novembre 2015
    Les aléas pour aller et revenir du Niger….
    Je suis très heureuse et reconnaissante d’avoir des personnes extra ordinaires au comité de l’Association, qui me soutiennent et m’épaulent, quoi qu’il arrive !
    A l’image du chef technique de l’Association, qui vient me conduire et me rechercher à l’aéroport de Genève, à chacun de mes voyages au Niger ! C’est que je transporte à chaque fois 2 valises de près de 30 kilos chacune, un sac à dos et un ordinateur... J’ai testé le train à mes débuts, mais avec une opération de l’hernie discale, c’est mieux d’éviter de trop lourdes charges, pour durer bien et longtemps !
    Heureusement, j’étais bien accompagnée lors de mon dernier transport à Genève : 3 heures de voiture pour parcourir Lausanne-Genève aéroport…. Nous faisions du 7 km/h…
    Je suis arrivée à l’enregistrement trop tard, bien sûr, et j’ai dû me rendre très tôt le lendemain matin pour partir vers Paris. Le tapis des bagages était en panne ce matin-là, tout se faisait manuellement et j’ai croisé les doigts des pieds et des mains jusqu’au Niger pour être rassurée que mes 2 valises avaient bien suivi !!
    Une fois arrivée à la capitale, il faut encore prévoir les 1'000 km qui me séparent du terrain et des enfants, à Zinder ! Un avion humanitaire est programmé tous les 3 jours environ et ce dimanche matin, la poussière de sable et un problème technique ont repoussé le décollage de 3 heures… On a bien risqué de devoir repartir dans nos chambres pour revenir le lendemain, ouf !!
    Si ce ne sont pas les pénuries de carburant ou de carburant « impropre à la consommation », qui empêchent les avions de décoller de la capitale…comme 2 fois depuis cet été !
    Mon retour en Suisse, dernièrement, a de nouveau fait l’objet d’inventifs scénarios de la part de l’Univers (et de l’Homme, surtout !!)
    Suite à l’attaque et prise d’otages dans un hôtel au Mali, Air France avait annulé, pour un temps, certains de ses vols au Niger. Le mien en a bien sûr fait partie ! Avec l’aide et la précieuse collaboration de Romontours, j’ai pu prendre un vol avec Turkish Airlines, à 2h du matin un mardi… C’était sans compter d’arriver mardi matin en Turquie, au même instant où un avion russe était abattu par les turcs… Les vents turbulents dans la région d’Istanbul se sont mêlés à la problématique de l’appareil abattu. Après de nouvelles heures d’attente, j’ai enfin pu admirer nos splendides sommets enneigés des Grisons et du Valais ! 18 heures de voyage dans 3 avions et aéroports différents, je finis bien cette année formatrice au niveau de la patience et de l’acceptation ! Vive 2016 !!?

    Vente des produits

    Depuis le samedi 5 septembre 2015, la Boutique ESSENTIEL à la Grand-Rue 11 à Moudon, élégamment tenue par Jessica Perrin, propose les produits artisanaux et alimentaires fabriqués par les jeunes filles de l’Association et par les Touaregs du Niger : Piment en poudre – Poudre d’arachides (idem Maggi mais en super naturel !) – Pâte d’arachides – Savons en forme de coeur – Bagues en argent, bracelets, colliers de toutes sortes – Porte-clés en cuir ou en métal, en forme de coeur ou d’Afrique – Cartes de voeux confectionnées mains, en tissu – Boîtes à bijoux ou de rangement, en cuir de chèvres.
    En plus de ses précieux et essentiels produits naturels faits maison !
     
    MERCI d’avoir pris de votre temps pour lire mes dernières aventures au Niger !
    MERCI pour votre précieux et amical soutien, de près ou de loin !
    Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle fin d’année, où que vous soyez !
    JOYEUX NOEL ET BONNE ARRIVEE EN 2016 !
    Isabelle Macheret
    Zinder Niger, Décembre 2015

    votre commentaire

  • votre commentaire