• votre commentaire
  •  
    <script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script>

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • beaucoup d hirondelles

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • soutien gorge 100 ans

    Les américains disent
    que c'était leur idée !
    100 ans déjà !
    Au début, c'était pour faire joli !
    Mais maintenant, pour certaines, c'est devenu des instruments de torture !
     

    votre commentaire
  • les gens sont nourris

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • agenda de ministre

    votre commentaire
  • coca mcdo et compagnie

    Copié collé du site www.santenatureinnovation.com

    Chère lectrice, cher lecteur,

    BNP-Paribas vient d’être condamnée par un tribunal américain à payer 10 milliards de dollars d’amende, sous prétexte d’avoir agi contre les intérêts des Etats-Unis.

    Eh bien, moi, je dis qu’il faut de toute urgence que la France et l’Europe condamnent Coca-Cola, McDonald’s et Marlboro à 100 milliards de dollars d’amende pour avoir profondément nui à l’intérêt de la France et des Européens.

    Ce serait de la légitime défense.

    Si le tribunal a besoin d’aide, je peux constituer très rapidement le dossier qui démontrera les effets catastrophiques qu’ont eu ces entreprises sur la santé des populations européennes, les millions de morts du diabète, d’accidents cardiaques, du cancer.

    Cela ne mérite-t-il pas une condamnation proportionnée ?

    Racket

    Bien des personnes se désintéressent, voire se réjouissent de l’amende imposée à BNP-Paribas parce que c’est une banque.

    Mais vous et moi serons tous mis à contribution : cette amende représente des milliards d’euros d’impôts perdus pour l’Etat français, des milliards en moins pour les salariés et entreprises européennes travaillant pour BNP-Paribas, directement ou indirectement, des milliards de frais en plus à payer pour la clientèle de BNP-Paribas.

    Et s’ils n’ont pas les moyens de payer, on le sait, l’Etat français payera à leur place, avec l’argent public.

    Une telle amende ne s’est jamais vue. 10 milliards de dollars, c’est 12 semi-remorques remplis de billets de 100 dollars !

    Le motif de la condamnation est fantaisiste : il est reproché à la filiale genevoise (suisse) de BNP-Paribas d’avoir reçu des règlements provenant de pays sous embargo américain (interdiction de faire du commerce avec les Etats-Unis).

    Pourtant, ces transactions étaient légales en Suisse, en Europe et dans les trois pays concernés. Mais le règlement ayant été effectué en dollars, il a fallu qu’à un moment les fonds soient changés aux Etats-Unis, et donc le tribunal américain a déclaré que ces transactions tombaient sous le coup de la loi américaine !!!

    C’est du racket.

    François Hollande a bien essayé d’en parler à Obama lorsque ce dernier est venu en Normandie pour le 70e anniversaire du Débarquement, le 6 juin. Mais Obama l’a, excusez l’expression, “envoyé péter”. Et François Hollande a obéi comme un petit garçon.

    Pourquoi ces entreprises américaines sont coupables

    Coca-Cola, McDonald’s, Marlboro (et je pourrais ajouter tant de marques américaines arrivées en Europe au cours du XXe siècle) ne sont pas des entreprises comme les autres.

    Depuis les origines de l’humanité, les gens achetaient des boissons parce qu’ils avaient envie d’en boire, des nourritures parce qu’ils avaient envie d’en manger, du tabac parce qu’ils avaient envie de fumer.

    L’innovation incroyable, faite par ces sociétés américaines, a été de détourner l’attention des acheteurs des qualités réelles du produit, et de leur vendre le rêve qui vient avec.

    Des millions de personnes se sont mises à boire du Coca-Cola, non parce que c’est meilleur qu’un jus de pomme fermier, mais parce que la publicité leur avait suggéré que boire du Coca-Cola, c’était être moderne, dans le coup, s’amuser, être quelqu’un de bien. Ils se sont mis à fumer pour ressembler au séduisant cow-boy de Marlboro. À aller chez McDonald’s pour la prétendue « ambiance de fête » du clown Ronald McDonald’s.

    Sans se rendre compte de la qualité déplorable de ce qu’ils avalaient.

    Économiser au maximum sur le produit

    En effet, ces entreprises n’ont plus investi dans leurs produits mais dans l’emballage, les photos de stars, les photos de paysages du Far West, des publicités matraquées via tous les canaux de communication et événements sportifs et culturels, les jeux-concours, et les cadeaux gratuits pour les enfants (spécialité de McDonald’s).

    Et pour payer tout ça, elles économisent le plus possible sur :

    Les matières premières : surtout aucun ingrédient coûteux. Le sirop de glucose est devenu la pierre angulaire de cette nouvelle industrie, complétée par le pain blanc, le ketchup et les frites surgelées ; tout miser sur les produits de très longue conservation.
    La main-d’œuvre la moins qualifiée possible : pas besoin de beaucoup de paysans pour fabriquer du Coca-Cola. Pas besoin de diplôme de cuisinier pour faire des hamburgers à la chaîne.
    Utiliser des ingrédients entraînant une dépendance du consommateur. C’est le cas évidemment du tabac, mais on peut en dire autant du sucre et de la caféine du Coca-Cola, ainsi que des produits McDonald’s : à force de consommer cette nourriture molle, grasse, tiède et vaguement sucrée, on observe que les enfants deviennent incapables d’ingurgiter la nourriture traditionnelle. Ils sont dégoûtés par les odeurs fortes, par les aliments qu’ils ne connaissent pas, et ne parviennent plus à mâcher ce qui est dur, ni même à se servir correctement de couverts de table.
    Une tromperie volontaire et catastrophique pour la santé

    Sans surprise, les effets ont été, et sont toujours aujourd’hui, catastrophiques sur la santé des populations vulnérables. Confrontées à des messages publicitaires qui faisaient appel à leurs instincts naturels, elles sont tombées massivement dans le piège qui leur était tendu.

    S’agit-il d’une tromperie volontaire, organisée, et à grande échelle ? Oui, bien sûr, car le public était sans défense face aux supercheries d’une publicité fondée sur une profonde connaissance de la psychologie humaine. Quoi de plus normal que d’avoir envie d’être séduisant, de s’amuser, d’être « cool » ?
    S’agit-il d’une atteinte à la santé et à la vie des consommateurs ? Oui évidemment, car toutes les publicités de ces entreprises visaient à détourner l’attention des consommateurs du contenu nutritif réel des produits. Leur but : faire croire au contraire que consommer ces boissons, nourritures, cigarettes, rend la vie plus festive et heureuse.
    Faut-il rappeler que la formule du Coca-Cola est secrète ? Que les fabricants de tabac américains ont payé des médecins pour déclarer, dans leurs publicités, que le tabac soignait les maladies du poumon ?

    Cela n’est ni innocent, ni anodin. Il y a des conséquences graves. Il est normal que les responsables paient.

    Une règle d’or

    Pour terminer, car je ne veux jamais vous embêter avec des lettres sans intérêt pratique pour vous, tenez-vous à distance de tous les produits qui ont besoin de marketing pour être vendus.

    Si une entreprise a besoin de dépenser beaucoup d’argent pour faire parler d’elle, c’est que son produit n’intéresse personne, et que les gens ne viendront pas spontanément chez elle pour le demander. C’est donc que son produit est inutile, ou de mauvaise qualité.

    Les sociétés qui vous donnent les meilleurs produits et services sont celles qui peuvent se contenter de vous décrire ce qu’elles font, ce qu’elles offrent, puis vous donner une adresse, un numéro de téléphone, ou un site Internet où vous pouvez commander directement.

    C’est ainsi que se vendent les meilleurs produits alimentaires, les bons vins, les bons fromages, les bons fruits et légumes, les bons poissons et les bonnes viandes, les bonnes chaussures, les bons vélos, meubles et vêtements. C’est ce que font les plombiers, électriciens, peintres, menuisiers, restaurants traditionnels : ils ont juste besoin de donner leur adresse, et on les appelle quand on a besoin d’eux.

    Dès que vous voyez une publicité avec des paysages de rêve et des personnes magnifiques qui s’aiment et rient aux éclats ;
    dès que l’emballage est élégant et sophistiqué ;
    dès qu’un produit est vanté simultanément à la télévision, à la radio, sur Internet et dans les journaux…
    Cela veut dire que quelqu’un essaye de vous vendre un produit plus cher que sa vraie valeur.

    Soyez alors particulièrement attentif à son mode de fabrication. Demandez une garantie satisfait ou remboursé. Et si le vendeur vous la refuse, prenez vos jambes à votre cou !

    À votre santé !

    Jean-Marc Dupuis


    votre commentaire
  • criigen

    Le CRIIGEN est un groupe unique et international d'experts ayant une approche transdisciplinaire sur les bénéfices et les risques sur la santé humaine et des écosystèmes concernant l’utilisation du génie génétique et des xénobiotiques issus de la chimie industrielle. Il est indépendant des compagnies de biotechnologies, de l’agrochimie et promeut les contre-expertises. Il évalue aussi les alternatives potentielles et encourage le développement d'une hygiène physico chimique pour défendre la santé publique.

    www.criigen.org 


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • fraises carrees

    Chère amie, cher ami, 
     
    Aujourd’hui, je vous soumets une interview du Pr Henri Joyeux qui nous livre ses impressions à la suite de l’affaire Emmanuel Giboulot que vous avez suivie avec passion. 
     
    Je vous en souhaite une bonne lecture. 
     
    Bien à vous, 
     
    Augustin de Livois 
     
    Pesticides, OGM : les vrais risques pour votre santé
     
    Le Pr Henri Joyeux est cancérologue, chercheur, nutritionniste, auteur de nombreux ouvrages dans le domaine de la santé et ancien président de Familles de France. Il est également membre du comité scientifique de l’IPSN. 
     
    Nous proposons cette interview à la suite du grand succès de la pétition de soutien à Emmanuel Giboulot, lancée par l’IPSN, qui a réuni plus de 500 000 signatures. Ce viticulteur de la Côte d’or (Bourgogne) a refusé d’épandre sur sa vigne un pesticide (le pyrèthre) imposé par la préfecture. Les autorités craignaient une extension de l’épidémie de flavescence dorée qui s’est déclarée dans le département voisin, la Saône-et-Loire. Emmanuel Giboulot, dont la vigne est cultivée en biodynamie depuis 40 ans, a refusé cette décision parce que sa vigne était située hors de la zone d’épidémie et que le produit proposé, bien que fabriqué à partir de produits naturels, est un produit toxique. 
     
    IPSN : Professeur, avez-vous été surpris par la mobilisation populaire et médiatique en faveur d’Emmanuel Giboulot ?  
     
    HJ : Oui, j’ai été surpris par le nombre de signataires. Cela démontre que nous n’allons pas si mal en France, que le bon sens pour la nature au service de l’humain est bien en place. Ce bon sens rejoint notre santé, celle de chacun d’entre nous et de la société tout entière. 
     
    IPSN : Est-ce que selon vous ce soutien massif montre que le public est davantage conscient des enjeux de l’agriculture biologique ? 
     
    HJ : Oui, point besoin de longues études pour voir que les colonies d’abeilles sont décimées par l’agriculture productiviste, que notre terre se stérilise, que les pesticides font des ravages en matière de santé publique. Je rejoins à 100 % Pierre Rabhi et mes collègues Gilles-Eric Seralini et Jean-Marie Pelt.  
     
    IPSN : Les pesticides sont-ils donc si dangereux ?  
     
    HJ : Je viens de préfacer le livre de Fabien Rodhain qui est sous presse : « Des semences et des hommes ». 
     
    Savez vous que : 
     
    L’industrie agrosemencière a mis sur le marché des plantes hybrides qui ne sont pas réutilisables, car entraînant des chutes de rendements si elles sont ressemées une deuxième fois. Il faut donc en re-acheter… 
     
    L’industrie agrochimique mondiale s’est emparée de la génétique pour modifier les plantes, pour obtenir des PGM (Plantes génétiquement modifiées) pour une agriculture productiviste intensive en faisant croire qu’elle est nécessaire pour nourrir la planète, ce qui est FAUX. 
     
    Les PGM sont à plus de 99 % des plantes à pesticides que l’on retrouve dans l’alimentation du bétail et des humains. 
     
    57 % des PGM sont tolérantes à un herbicide, ce qui veut dire que la plante peut se gorger de ROUNDUP sans mourir. 
     
    16 % des PGM produisent elles-mêmes leurs insecticides. 
     
    26 % des PGM peuvent produire plusieurs insecticides et être tolérantes à plusieurs herbicides (exemple MAÏS Smartstax = 6 gènes insecticides + 2 de tolérance à herbicides).
     
    Les évaluations chez l’animal sont faites pour démontrer que tout va bien : consommation par de jeunes rats sur 3 mois et surtout pas vie entière, aucun bilan hormonal alors que tous les pesticides sont des perturbateurs endocriniens dont on commence à connaître les effets délétères sur les enfants (anomalies urogénitales : hypospadias, anomalies utérovaginales ; hypofécondité des hommes…) 
     
    Les études toxicologiques sont réalisées par les producteurs eux-mêmes et sont déclarées « secret industriel » ou « propriété intellectuelle ». 
     
    IPSN : N’avons-nous pas un seuil de tolérance ?  
     
    HJ : Difficile de répondre, car extrapoler du seuil de tolérance d’un rat ou d’une souris à l’homme n’a aucune valeur scientifique, mais on s’en sert quand même pour nous faire avaler, respirer… des produits toxiques sous le prétexte qu’on va sauver l’humanité et le tiers-monde, ce qui est totalement faux. 
     
    IPSN : Voyez-vous les effets des pesticides sur la santé de vos patients ou faut-il plus d’années de recul ? 
     
    HJ : Oui, mais il s’agit de causes accumulées et il peut être difficile d’incriminer les seuls pesticides, quand il y a le tabac, le stress, les mauvaises habitudes alimentaires, les hormones exogènes et d’autres perturbateurs endocriniens. 
     
    Les localisations cancéreuses les plus fréquemment observées sont au niveau des seins, de la prostate, du tube digestif et du système immunitaire avec les lymphomes. 
     
    IPSN : Que faudrait-il changer, selon vous, pour que l’agriculture soit plus respectueuse de la santé des consommateurs ? 
     
    HJ : Il faut exiger un étiquetage honnête et non manipulé. Si sur le marché vous avez à choisir entre tomates OGM et tomates nature plein champ de Provence, que choisirez vous ? Mon choix est évident.  
     
    Voici un exemple tout récent dans mon service de chirurgie. Une de nos infirmières a sur sa table une bouteille de Coca… Je lui fais remarquer que ce n’est pas bon pour sa santé, qu’il y a de l’aspartame, édulcorant éminemment toxique. Elle me répond que c’est du Zéro ! Je lui demande quel Zéro ? Elle me dit « pas d’aspartame ». Il m’a fallu une loupe pour lui démontrer qu’elle était trompée. Son coca est passé à la poubelle. 
     
    Dernière minute : Le Professeur Joyeux diffuse depuis peu une lettre gratuite contenant d'importants conseils de santé pour vous et votre entourage. Je vous invite à vous y inscrire en vous rendant ici 

    votre commentaire
  • Copié de wikistrike 

    Horrible : McDonald's dévoile tous les additifs utilisés dans ses produits 

    the-joker_00247590.jpgCette semaine, McDonald's a dévoilé la liste intégrale des ingrédients utilisés dans ses préparations et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas très ragoutant. Pour ceux qui hésitaient à y aller par rapport aux apports caloriques ou au goût médiocre, ceci achèvera de les convaincre. On trouve des ingrédients chimiques cancérigènes, reprotoxiques, allergiques, neurotoxiques et j'en passe. 

    La situation la plus inquiétante se trouve au Canada ou l'on utilise même du Polysorbate 80 (également utilisé dans les vaccins) dans certains ingrédients. Même le sel et les œufs sont frelatés. McDonald's Suisse a également accepté de dévoiler ses recettes (pas la France apparemment mais il est fort probable que les recettes soient identiques). Le cas du Canada est à part car leur législation alimentaire ressemble davantage à celle américaine qu'à l'Européenne ou certains additifs sont interdits. 

    Polysorbate 80 (E433) - Canada: Cornichons, filets de poulet croustillant, Sauce tartare, crème fouettée 

    Toxicité: Émulsifiant utilisé également dans de nombreux vaccins. Il peut provoquer des malformations de l’ovaire, des follicules dégénératifs, des modifications hormonales, des modifications de l’utérus et du vagin chez les rats. Susceptible de causer des dommages graves à la fonction reproductrice des femmes. 

    Vraisemblablement cancérigène, nocif, comme tous les polysorbates [26,30,31,22,1,6,9,9',9",12] bien que parfois rapporté inoffensif, ou inoffensif dans les proportions utilisées [27,28,32,10].  

    Additif controversé depuis des décennies [9"], les polysorbates étaient autrefois interdits avant d'être autorisés par des directives européennes [27]. Il est cependant avéré que la substance pure est nocive par ingestion [32,29,5], elle est aussi reprotoxique, fœtotoxique [29,30,31]. Le produit fini est également soupçonné de contenir des résidus nocifs (éthylènes glycols, dioxane, oxyde d'éthylène,arsenic, plomb, mercure, cadmium [15b,15f] )  

    EDTA calcio-disodique (E385) - Canada: Sauces à Big Mac, Sud-Ouest, MacPoulet, méditerranée,ranch de luxe, tartare, mayonnaise, œuf, margarine, poulet grillet 

    Toxicité: Chélateur de métaux lourds utilisé dans l'alimentation comme agent de conservation et séquestrant, Wikipédia considère cet additif comme un poison  qui peut se fixer dans l'organisme et qui est difficilement biodégradable. Résidus théoriques officiels: Traces de métaux lourds, de plomb, de mercure et d'arsenic 

    • L'innocuité cancérologique ne serait pas établie [25,23]

    • il peut endommager les reins [23,28,12]

    • être reprotoxique, fœtotoxique [21b,23]

    • reprotoxique et mutagène (littérature scientifique compilée par le RTECS américain) [22]

    • peut être dangereux pour les jeunes enfants [9',9"]

    • cytotoxique (toxique pour les cellules), potentiel génotoxique [21b,9',9"]

    • altération du métabolisme, du métabolisme cellulaire, de l'équilibre minéral [1,9',12], ...

    A fortes doses : vomissements et diarrhées, spasmes abdominaux ou crampes musculaires, sang dans les urines [1,4,9,9",12,28]. La substance pure peut causer de la sensibilisation cutanée [20]. 

    Azodicarbonamide (E927a) - Canada: Petits pains à hamburger, aux grains de sésame, à Big Mac, Muffin anglais. 

    Toxicité: Produit toxique, à éviter [10,12], mal connu selon la FDA américaine [13c,12].  

    L'azodicarbonamide pur peut agir comme sensibilisant respiratoire et cutané [3,20,21b], les effets aigus signalés sont une possibilité de troubles gastro-intestinaux et de léthargie [20]. 

    Phosphate de sodium-aluminium (E541) - Canada: Cornichons, Filets de poulet croustillant, Portion de MacPoulet, Crêpes, Muesli

    Toxicité: Le composé présente des risques d'accumulation au niveau de certains tissus [1,4,9], plusieurs études mettent en avant des effets neurotoxiques, ainsi qu'un potentiel lié à la maladie d'Alzheimer et de Parkinson [1,9,9',10,12][22][23].

    Autres potentiels et sujets à risques : 

    • Personnes atteintes de troubles des reins, de maladie des os ou d'ostéoporose [9,12][22][23],

    • Altération de l'absorption du calcium et du phosphore [12], Risque d'allergie [25],

    • La composante aluminium peut être reprotoxique [22][23],

    • La composante phosphate (industriel alimentaire) nuit aux enfants (hyperactivité, troubles de l'attention, etc.), [24]

    L'aluminium par exposition professionnelle serait par ailleurs lié à des déficits cognitifs [22]. 

    Toxicité: Potentiel neurotoxique. Mis en relation avec la maladie d'Alzheimer, de Parkinson [1,4,9,12][22]. 

    Potentiel nocif pour les os et les reins [4,9,12].

    Potentiel fœto- et reprotoxique [12][22][23], entre autres [22]. 

    Ndr. : La substance ne semble pas pleinement étudiée : selon le Physical and Theoretical Chemistry Laboratory, Oxford University [3] les données toxicologiques manquent, et, de fait, on trouve officiellement une DHTP à la place de la DJA. 

    Polydiméthylsiloxane (E900) - Canada / Suisse: Filets de poulet croustillant, Portion de Filet de poisson, Portion de junior au poulet, Portion de MacPoulet, Portion de poulet croustillant, Poulet McCroquettes de viande blanche, Patates hachées brunes, Frites, Coca cola light, Base à smoothie 

    Toxicité: Fait partie des additifs pour lesquels des effets toxiques ont pu être démontrés, en général chez l'animal et à doses élevées, et qui ont donc donné lieu à la fixation d'une DJA [6]. 

    Peut être allergisant et cancérigène [30][1,9,9'], de par ses résidus potentiels en formaldéhyde et en amiante [9',9]. Risques d'atteintes hépatiques et rénales, du système nerveux, allergies. A éviter [9']. Risques de réactions d'hypersensibilité aiguës ou retardées [25].

    Le polydiméthylsiloxane pur, en tant que substance chimique, est corrosif sur de nombreux métaux, irritant pour la peau, les yeux et les voies respiratoires [3]. Il provoque par ingestion des nausées et vomissements, des diarrhées [26] 

    Peroxyde de calcium (E930) - Canada: Tous les petits pains

    Toxicité: Attention aux asthmatiques et personnes avec antécédents allergiques [12]. 

    Le peroxyde de calcium pur est un puissant agent oxydant [22], il est corrosif et très dangereux par ingestion, par inhalation et par contact [23]. 
    Dioxyde de titane (E171) - Suisse: Topping M&M's choco 

    Toxicité: Bien qu'il soit abondamment utilisé dans l'alimentation, les cosmétiques, et les pharmaceutiques, l'innocuité du dioxyde de titane est de plus en plus controversée [22,23,24,1,2,4,8,9,10,12]. 

    Le dioxyde de titane peut être fabriqué sous forme de nanoparticules, ce qui complique d'avantage son traitement par l'organisme, avec risques d'accumulation [23,21a,21b] ; par ailleurs le produit fini contient aussi des résidus douteux [15f] (Oxyde d’aluminium et/ou dioxyde de silicium (≤ 2%), matières solubles dans HCl (≤ 0,5% / 1,5% (…)), matières hydrosolubles (≤ 0,5%), traces de métaux lourds ([15a]), de plomb, d'antimoine, de cadmium, d'arsenic, de mercure). 

    Il est classé comme peut-être cancérigène pour l'homme (groupe 2B) au Centre International de Recherches sur le Cancer (CIRC), et des effets génotoxiques ont été montrés [7,21b,25,23]. 

    Bleu brillant (E133) - Suisse: Topping M&M's choco 

    Toxicité: L'innocuité cancérologique et génotoxique de la substance, résidus de production compris, n'est pas établie [22,23,24,32,26,7,1,9,9',12]. Certaines expériences ont permis d'observer (rats, injection) l'apparition de sarcomes locaux [25].  

    Comme une majorité de colorants, il est suspecté de causer de l'hyperactivité chez l'enfant [27,12,8]. 

    Plus rarement, un potentiel allergique : provocation ou amplification d'urticaire, d'asthme, divers symptômes cutanéo-muqueux et respiratoires, voire exceptionnellement anaphylaxies. Les intolérants aux salicylates (aspirine, baies, fruits) et à la tartrazine peuvent être exposés [27,28,23,9',21b,10,12]. 

    Toxicité multiple : potentiel neurotoxique (autorisé s/forme de laque d'aluminium) [24,15f,5,8,21b], cytotoxique, blocage de la respiration mitochondriale [24,27], symptômes gastro-intestinaux [27,22]. La substance pure est classé Xn (nocif) et R33 (risque d'effets cumulatifs) [5,21a], en concentration élevée dépôts au niveau des reins et des vaisseaux lymphatiques [9], 

    Esters glycéroliques de l'acide diacetyltartrique et d'acides gras (E472e) - Suisse: Pain Big Mac, Big Tasty, Big Tasty Bacon, Cheeseburger, Double Cheeseburger,  Cheeseburger Royal, Bacon & Egg McMuffin. En gros tous les pains. 

    Toxicité: Produits chimiques. Contrarient la digestion, peuvent gêner l’action des sucs digestifs. A consommer très modérément [2,9']. 

    Différentes études des éléments de la famille des glycérides sur des animaux ont montré des risques : blocage de la croissance, augmentation du volume du foie et des reins, mauvaise assimilation des acides gras essentiels, réduction de la taille des testicules, troubles utérins. La FDA est en attente d'études plus approfondies [9',9"].  

    OGM : Entre autres matières premières, des graisses animales ou végétales sont utilisées, les graisses végétales peuvent être d'origine transgénique. 

    Même le sel n'est pas sain car on y ajoute du silicoaluminate  (E554) - Canada.  

    Et encore, il ne s'agit pas d'une liste exhaustive des additifs utilisés. 

    Lien connexe: 
    http://fawkes-news.blogspot.fr/2013/09/pourquoi-les-hamburgers-de-mac-donalds.html 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique