• votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Travail des enfants, conditions de travail inhumaines, pollution de l'eau, barrer l'accès à l'eau des rivières aux indigènes, la liste est longue.

    Les dirigeants des grandes multinationales savent exactement où leurs affaires entrent en conflit avec les droits humains. Mais ils continuent car c'est seulement le profit que les intéresse.

    La demande est de respecter les droits humains et les standards environnementaux. C'est pourquoi un mécanisme de responsabilité civile doit pouvoir établir la responsabilité des multinationales à l'avenir pour les dommages causés.

    Soutenez l'initiative multinationales responsable, avec plus de 90 organisations, par le site de

    Public Eye

    Neuchâtel et environs: 
    nous cherchons des bénévoles pour des actions (stands, distribution des flyers, etc).. Aonnoncez - vous par email:
    info@initiative-multinationales.ch

     


    votre commentaire
  • Journée mondiale de l'environnement 5 juin 2018Prendre soin de soi - prendre soin de la planète TERRE!

    26 tonnes de plastique - MAIS aussi le microplastique (particules en plastique de forme constante, non solubles). Invisibles, ses particules passent par les eaux (de notre ménage) au fond de la mer.

    Les noms: polyéthylène PE, polypropylène PP, polyméthacrylate PMMA, glycol PEG et no., polyterphtalate d'éthylène (PET).

    On les trouves dans les produits des soins (gel douche, dentifrices, crèmes pour la peau, maquillages, etc:)

    Il y a sur le marché des produits naturels qui ne contiennent pas des microplastiques.
    Mon expérience avec le savon d'Alep: ma peau respire et a retrouvé son éclat et bien - être après environs 6 jours d'utilisation à la place d'un gel douche.

    Vérifiez vos produits en lisant la description du contenu et optez pour des produits SANS microplastique! Pour vous et l'environnement.

    Gitta Mallek - www.gitta-mallek.com


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Une dame demande :
    - Combien vous vendez les oeufs ? 
    Le vieux vendeur répondit : 
    - 50 centimes l'oeuf, madame.
    Elle dit : 
    - Je vais prendre 6 oeufs pour 2.50 CHF ou je pars.
    Le vieux vendeur répondit :
    - Achetez-les au prix que vous souhaitez, Madame. Peut-être que c'est un bon début pour moi parce que je n'ai pas pu vendre un seul oeuf aujourd'hui et j’ai besoin de ça pour vivre.

    Elle lui a acheté ses oeufs au prix marchandé et est partie avec la sensation qu'elle avait gagné. Elle est entrée dans sa voiture élégante et est allée dans un restaurant élégant avec son amie. Elle et son amie ont commandé ce qu'elles voulaient. Elles ont mangé un peu et ont laissé beaucoup de ce qu'elles ont demandé. 
    L'addition se montait à 400 CHF. Les dames ont donné 500 CHF et ont demandé au propriétaire du restaurant chic de garder la monnaie...

    Cette histoire pourrait sembler assez normale vis-à-vis du patron du restaurant de luxe, mais très injuste pour le vendeur d'oeufs...

    La question que cela pose est : Pourquoi avons-nous toujours besoin de montrer que nous avons le pouvoir quand nous achetons à des nécessiteux ? Et pourquoi sommes-nous généreux avec ceux qui n'ont même pas besoin de notre générosité ?

    Une fois j'ai lu quelque part : Mon père avait l'habitude d'acheter des biens à des pauvres à des prix élevés, même s'il n'avait pas besoin de ces biens. Parfois, il les payait plus cher. J'étais surpris et je lui ai demandé pourquoi il fait ça ? Alors mon père répondit : 
    - C'est une charité enveloppée dans la dignité, mon fils.

    Si vous pensez que vous pouvez contribuer à améliorer le monde, partagez...


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires