• La voiture à energie libre de Nicolas Tesla a 78 ans et fini sa vie au fond d’une casseAu cours de l’été de 1931, le Dr. Nikola Tesla fit des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1.800 t/m, alimenté par un récepteur de l’énergie puisée dans l’éther partout présent.

    Pendant une semaine de l’hiver 1931, la ville de Buffalo, au nord de l’état de New York, USA, fut témoin d’un événement extraordinaire. La récession économique, qui avait ralenti les affaires et l’industrie, n’avait cependant pas diminué l’activité grouillante de la ville.

    Un jour, parmi les milliers de véhicules qui sillonnaient les rues, une voiture de luxe s’arrêta le long du trottoir devant les feux à un carrefour. Un piéton observa cette toute nouvelle berline Pierce Arrow dont les coupelles de phares, d’un style typique de la marque, se fondaient joliment dans les garde-boue avant.

    L’observateur s’étonna de ce que, par cette fraîche matinée, aucune vapeur ne semblait jaillir du pot d’échappement ; il s’approcha du conducteur et, par la fenêtre ouverte, lui en fit la remarque. Ce dernier salua le compliment et donna comme explication que la voiture ne « possédait pas de moteur ».

    NEXUS N°37 mars-avril 2005 – Par Igor Spajic 2004.

    Cette réponse n’était pas aussi saugrenue ni malicieuse qu’il n’y paraissait, elle comportait un fond de vérité. La Pierce Arrow n’avait, en effet, pas de moteur à explosion, mais un moteur électrique. Si le conducteur avait été plus disert, il aurait ajouté que ce moteur fonctionnait sans batteries, sans « combustible » d’aucune sorte. Le conducteur s’appelait Petar Savo, et bien qu’il fut au volant de la voiture, il n’était pas l’inventeur de ses caractéristiques étonnantes.

    Celles-ci étaient dues à l’unique passager, que Petar Savo désignait comme son « oncle », et qui n’était autre que ce génie de l’électricité : le Dr. Nikola Tesla (1856-1943). Vers 1890, Nikola Tesla révolutionna le monde par ses inventions en électricité appliquée, nous donnant le moteur électrique à induction, le courant alternatif (AC), la radiotélégraphie, la télécommande par radio, les lampes à fluorescence et d’autres merveilles scientifiques. Ce fut le courant polyphasé (AC) de Tesla, et non le courant continu (DC) de Thomas Edison, qui initia l’ère de la technologie moderne.

    gazette28-41300562866-PierceRouille03

    gazette28-51300562866-PierceRouille04

    Revenant  sur la Pierce Arrow, une voiture luxueuse de cette époque qui avait été mise à l’abri dans une ferme, pas loin des chutes du Niagara.
    On en avait enlevé le moteur sans toucher à l’embrayage, ni à la boîte de vitesses ni à la transmission aux roues arrière.
    Le moteur à essence avait été remplacé par un moteur électrique totalement fermé, cylindrique, d’environ 1 mètre de long et 65 cm de diamètre, muni d’un ventilateur de refroidissement à l’avant.
    A ce qu’on dit, il n’y avait pas de distributeur.

    Tesla ne voulait pas dire qui avait fabriqué ce moteur, mais il s’agissait probablement d’un département de chez Westinghouse.
    Le récepteur d’énergie (convertisseur d’énergie gravitationnel) avait été fabriqué par Tesla lui-même.
    Le boîtier du convertisseur mesurait environ 60 x 25 x 15 cm et était installé devant le tableau de bord.
    Le convertisseur contenait, entre autres, 12 tubes à vide dont 3 de type 70-L-7.
    Une lourde antenne, d’environ 1,8 m de long en sortait.
    Il semble que sa fonction était identique à celle du convertisseur de Moray.

    En outre, deux grosses tiges sortaient d’environ 10 cm du boîtier du convertisseur.
    Tesla les poussait en disant : « Maintenant, nous disposons de l’énergie »…
    Le moteur tournait au maximum à 1800 tours par minute et avait besoin d’un ventilateur pour être refroidi. Tesla ajoutait que le convertisseur était suffisamment puissant pour éclairer aussi, en plus, toute une maison.
    Les essais ont duré une semaine.

    Les 130 km à l’heure ont été atteints sans peine, les données des performances étant comparables à celles des automobiles à essence.

    Quelques mois après ces essais… et en raison de la crise économique, Pierce Arrow, arrêta sa production. Il est très probable que la connexion entre moteur électrique et transmission avait été réalisée dans cette compagnie.Studebaker, dans le South Bend a racheté le matériel de Pierce Arrow.

    Moins de 30 ans après, cette société disparaissait pour former avec Nash  la firme « American ».
    Plus tard, certains des fans de Pierce Arrow essayèrent, mais sans succès, de faire revivre cette compagnie dont le nom figure aujourd’hui dans un mausolée en compagnie des Horch, Maybach, Hispano-Suiza, Bugatti et Isotta-Fraschini. Tesla savait bien que tout ceci était en contradiction avec les concepts techniques de son époque.

    C’est pourquoi il évitait les discussions avec les ingénieurs, les théoriciens, ou les compagnies, à de rares exceptions près. Cette voiture avait bien évidemment été construite seulement pour le plaisir, mais elle annonçait celles du futur, économiques et non polluantes.
    Top secret…

    Quelques mois après la mort de Nikola Tesla, en 1943, la Cour suprême américaine frappa de nullité le brevet de la radio de Marconi, reconnaissant un peu tard l’antériorité des travaux de Tesla, Oliver Lodge et John Stone.
    Ne s’étant jamais marié, Nikola Tesla n’avait pas d’héritiers directs et ne laissa pas de dispositions testamentaires.
    Ainsi, le FBI saisit l’ensemble de ses papiers et les fit transporter à Washington où ils furent mis sous scellés et classifiés Top Secret. Jusqu’au bout, ce visionnaire aura défendu ses inventions et ses théories envers et contre tous… Le mystère et la solitude qui avaient entouré son existence semblaient également vouloir l’accompagner par-delà le trépas. 68 ans plus tard, le voile n’est toujours pas levé…
    Ses funérailles se déroulèrent le 12 janvier 1943 à la cathédrale de New York Saint-Jean-le-Divin au nord de Central Park, église qui se voulait la plus vaste du monde mais ne fut jamais achevée…

    www.GatsbyOnline.com
    www.ChromesFlammes.com
    www.LesAutomobilesExtraordinaires.com
    www.CollectionCar.com

    http://rustyjames.canalblog.com/

    °°°

    Partagé et transmis par Michel/Arcturius
    Transmettez l'intégralité du texte, et faite référence à la source originale
    Merci de mentionner Les Chroniques d’Arcturius  

    Merci de demeurer ouvert et de d'utiliser pleinement votre Libre Arbitre.
    Penser à faire preuve de discernement par rapport à ces textes.


    votre commentaire
  • « La question de l’environnement est, bien sûr, éminemment complexe. Mais, si l’on y songe, c’est une question, tout simplement, d’altruisme et d’égoïsme. Si nous avons la moindre considération pour les générations à venir, nous ne pouvons pas continuer à faire cela. Elles se diront : « vous saviez et, pourtant, vous n’avez rien fait. »


    votre commentaire
  • Les phares sont propres hélasLOUIS RUFFIEUX - Rédacteur en chef de La Liberté - Opinion

    Dans le halo des phares, ils présentaient une chorégraphie brouillonne. La vie de beaucoup s’arrêtait là, dans une rencontre fatale avec le verre ou la tôle. Sur la voiture, ils laissaient une trace, un fragment d’aile, de patte, de carapace ou une tenace signature de sang. De retour de la route des vacances, les phares, le capot et le pare-brise étaient crépis de bouts et de jus d’insectes. Cette croûte de cadavres ne disparaissait que sous d’énergiques coups d’éponge préalablement plongée dans de l’eau chaude savonneuse. L’exercice permettait aussi au conducteur de passer l’éponge sur l’éventuelle culpabilisation née de ses «prélèvements» animaliers – pour parler comme un chasseur.

    Pardon aux jeunes conducteurs qui ne comprennent rien, et pour cause: il n’y a plus d’insectes. Ils ont disparu en quelques années, à la fin du XXe siècle, sans avertir et sans même qu’on le remarque vraiment. On oublie vite les corvées; le nettoyage de sa voiture mouchetée de reliefs collants en était une. Même les scientifiques ont été pris de vitesse, eux qui n’avaient pas jugé utile de quantifier le monde populeux des insectes. Mais la revue Science, qui s’est penchée sur ce phénomène le mois dernier, a quand même trouvé une preuve chiffrée de l’hécatombe. Des entomologistes ayant posé dès 1989 des pièges dans une réserve naturelle allemande ont pu montrer, en 2013, une chute de 80% du nombre d’insectes en 25 ans!

    Pourquoi, comment? A la barre comparaît un sérieux suspect qui a déjà beaucoup fait parler de lui au moment des recherches sur l’effondrement des colonies d’abeilles: la clique des néonicotinoïdes. Ces insecticides sont épandus, pulvérisés ou directement introduits dans les semences à titre préventif. Ils sont utilisés partout à très large échelle pour les cultures depuis le milieu des années 1990. Sous l’angle de la protection de la nature, ils cumulent tous les défauts: hautement toxiques pour les insectes et les oiseaux qui les mangent, ils sont présents dans tous les compartiments de la plante; ils ne sont que faiblement biodégradables et tuent les organismes fertilisants comme les vers de terre, avant de s’écouler dans les sources et les nappes phréatiques. Quant aux effets positifs de ces insecticides sur la production agricole, ils sont désormais sérieusement contestés, du moins pour certaines cultures dont les rendements déclinent. Orpheline de ses travailleurs souterrains et aériens empoisonnés, la terre démissionne.

    Cà et là, l’usage de quelques-uns de ces néonicotinoïdes est maintenant prohibé. Mais un tiers des insecticides vendus dans le monde appartiennent encore à cette classe, estime-t-on. L’agrochimie en fait son miel très lucratif et peu lui chaut la disparition des insectes pollinisateurs indispensables à l’agriculture, à la nature, à la vie!

    Voilà pourquoi les phares des voitures désormais vierges d’insectes jettent une lumière encore plus crue sur nos intrusions barbares et suicidaires dans les délicats équilibres de la planète.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Iceberg plastique


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Partir en vacances à l’autre bout du monde, sur une île déserte. Aller se prélasser des jours durant au soleil sur une plage de sable blanc dont la finesse dépasse toutes les espérances. Revêtir un masque et un tuba pour aller admirer les poissons multicolores. Et se faire servir des mojitos à l’apéro, les doigts de pieds en éventail. Aaaah, ne serions-nous pas en train de décrire les Maldives, à tout hasard ?

    maldives

    Archipel paradisiaque prisé depuis bien longtemps par les amoureux et autres touristes majoritairement européens et richissimes, derrière le paysage carte postale se cache une très vilaine réalité.

    Impossible pour les touristes de croiser quelques uns des 350 000 habitants des Maldives. Deux mondes se font face de chaque côté de la plage, avec d’une part les touristes venus se détendre, et de l’autre les Maldiviens emprisonnés par le régime islamique extrémiste. La charia qui y est appliquée est parmi l’une des plus strictes au monde, et n’a fait qu’empirer avec les années.

    En 2012, le gouvernement en place est renversé par les milices islamistes avec le soutien de l’armée, et installent des règles sociales, culturelles et doctrinales un peu trop excessives. Depuis toujours aux Maldives, l’islam est la religion d’État et dessine les contours d’une région du monde qui n’a pas évolué.

    Les viols, les arrestations arbitraires, la censure islamique, les mariages précoces dès l’âge de 9 ans, l’exploitation des immigrés dans les hôtels de luxe réservés aux touristes, sont autant de faits bien concrets mais pourtant occultés. En avril 2015, le journal The Indian Express affirme même que plus de 200 Maldiviens seraient partis combattre en Irak et en Syrie, ces derniers faisant partie des milices qui renversèrent le gouvernement en 2012.

    maldivesEn mars 2013, une adolescente de 15 ans qui a été victime de viol a été condamnée à 100 coups de fouet sur la place publique et 8 mois d’assignation à résidence. Motif de la condamnation : coupable d’avoir eu des relations sexuelles hors mariage.

    La charia appliquée aux Maldives depuis des années a été mise en lumière à l’international lorsqu’en 2014, la peine de mort pour les enfants a été rétablie par le président au pouvoir depuis 2013. Abdulla Yameen Abdul Gayoom déclare le 27 avril 2014 que « le meurtre doit être puni par le meurtre » pour justifier le rétablissement de la peine de mort dès l’âge de 7 ans avec comme date butoir le jour du 18ème anniversaire.

    Aussitôt, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme s’exclame que la peine de mort est une « atteinte énorme aux droits de l’Homme internationaux », et le Haut-Commissariat des Nations Unies fait part de sa « profonde inquiétude ». Cependant, rien ne change…

    Le tourisme étant la principale ressource économique des Maldives et les européens les principaux touristes concernés, il n’est pas si étonnant de constater que finalement, tout reste figé. Giuseppe Di Bella, un historien, a pourtant tenté de faire réagir les masses en appelant au boycott des tours opérateurs :
    « La principale ressource des Maldives est le tourisme. Je me vois très mal me prélasser sur les plages de ce paradis tropical de carton-pâte, sans me soucier du sort funeste qui pourrait être réservé à ses habitants, mineurs et enfants compris. Je refuse de contribuer à l’essor économique d’un tel pays. ».

    maldivesÀ Malé, capitale des Maldives, le port du maillot de bain est interdit sur la plage.

    Un beau coup de gueule, qui n’a pas eu le résultat escompté.
    Malheureusement, la peine de mort est aujourd’hui toujours légale, les lapidations sur la place publique aussi, de même que l’exploitation des plus faibles.

    Résultat : une liberté d’expression quasi inexistante, une persécution récurrente des journalistes, une politique locale trop bancale, et une maltraitance à l’égard de la femme et des enfants qui ferait pâlir les touristes les plus coriaces.

    copié/collé de www.opnminded.com


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, le cri d’alarme d’Erwann Menthéour est à mettre entre toutes les mains. Ce journaliste vient en effet de publier un livre salutaire concernant la santé et l’alimentation de nos enfants. Et si le tableau qu’il dresse peut sembler particulièrement sombre, les solutions qu’il propose sont, elles, particulièrement lumineuses…

    Ce livre coup de poing s’intitule, Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ?  Une proposition pleine de bon sens qui repose autant sur un constat effrayant que sur des perspectives réjouissantes.

    Le 26 janvier dernier, Erwann Menthéour était l’invité du journal de 13h de France 2. Un passage bref mais dense, énergique et convaincant. Regardez :


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • En 20 ans, 40 % de moins de spermatozoïdes chez les hommes !

    Effet d'un herbicide sur les tétards, ils sont devenus hermaphrodites !
    Déclin de la population mondiale des amphibiens, et l'homme ?

    Les perturbateurs endocriniens ont envahi notre quotidien ! Le plastique y contribue...

    Comment les phtalates se retrouvent dans le sang humain ! Cosmétiques... aïe !


    votre commentaire
  • 1. Il a été obligatoire de construire des abris privés dans le sous-sol de chaque maison, ou de payer sa place dans le sous-sol de quelqu'un d’autre. Mais cette mesure a été abandonnée.

    Il est obligatoire de construire des abris privés dans le sous-sol de chaque maison, ou de payer sa place dans le sous-sol de quelqu'un d'autre.
    Johannes Simon / Getty Images

    2. Le drapeau du pays est carré et non rectangle. Parce que voilà.

     25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @jazzy_preisig

    3. Après avoir fini plusieurs semaines de formation militaire, les réservistes peuvent ramener leur fusil d’assaut (un SIG 550) chez eux. Selon l’armée Suisse, fin 2010, il y aurait environ 650.000 chez des particuliers.

     Après avoir fini plusieurs semaines de formation militaire, les réservistes peuvent ramener leur fusil d'assaut (un SIG 550) chez eux. Selon l'armée Suisse, fin 2010, il y aurait environ 650.000 chez des particuliers.
     imgur.com

    4. Il est tout à fait normal de partager votre buanderie avec vos voisins. Le pays est peut-être riche, mais il y a un emploi du temps indiquant l’heure à laquelle vous devez faire votre lessive dans quasiment chaque immeuble.

    Il est tout à fait normal de partager votre buanderie avec vos voisins. Le pays est peut-être riche, mais il y a un emploi du temps indiquant l'heure à laquelle vous devez faire votre lessive dans quasiment chaque immeuble.
    exildynamo53 / Via instagram.com
    Tout le monde connaît ça: frapper chez votre voisin pour demander une heure de plus, parce que vous pouvez attendre jusqu'à 10 jours avant d’avoir un nouveau créneau.

    5. Il y a des instructions spécifiques pour attacher les déchets papier.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @da_frei

    6. Dans la campagne, les déchets papier sont récoltés par les scouts ou d’autres groupes de jeunes.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @dajanaa_15

    7. Si vous souhaitez avoir un cochon d’Inde comme animal de compagnie, vous devrez en acheter au moins deux. Il y a même une loi qui vous y oblige.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @anjaniederklopfer

    8. La boisson gazeuse nationale est faite à base de petit lait. Ouais.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @buindercuncornas

    9. Les membres du gouvernement Suisse prennent parfois les transports en commun pour aller travailler, sans gardes du corps.

    25 bizarreries nationales suisses
    Didier Burkhalter, ancien président de la Suisse, attendant son train de Neuchâtel à Berne.
    Ralph Straumann @rastrau

    10. Les femmes enceintes doivent travailler jusqu'à leur terme, sauf si leur médecin leur permet de partir plus tôt.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @rafaelasnaedelchen

    11. La propreté est quelque chose de très Suisse. Vous avez peu de chances de tomber sur une rue sale.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @phwampfler

    12. Dans les transports, au lieu «Ça vous dérangerait pas de poser votre sac par terre!» si quelqu’un occupe un siège de trop, vous demandez gentiment «Ce siège est-il occupé s’il-vous-plaît?».

     25 bizarreries nationales suisses
    Paramount Pictures / Via giphy.com

    13. Les Suisses votent tous les quatre mois: parfois pour des politiques extrêmement complexes qui peuvent être un peu compliquées à comprendre.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @michaelmarugg

    14. En Suisse allemande, certains villages votent même à main levée.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @pascal_landert

    15. Vous étudierez le français, l’allemand ou l’italien pendant au moins cinq ans, mais vous passerez directement à l’anglais si vous rencontrez quelqu’un d’une langue maternelle différente.

    Vous étudierez le français, l'allemand ou l'italien pendant au moins cinq ans, mais vous passerez directement à l'anglais si vous rencontrez quelqu'un d'une langue maternelle différente.
    sun4melanie / Via instagram.com

    16. Le ski est une obsession nationale. Des bambins sur les pistes? Pas un problème, les enfants apprennent en général à skier à l’âge de trois ans.

    25 bizarreries nationales suisses
     Instagram: @evercover_helmet_covers

    17. Le service militaire est obligatoire. Encore aujourd'hui.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @reeko_g

    18. Il existe des «Robidogs»: ce sont des poubelles vertes destinées en particulier, mais pas uniquement, aux crottes de chien.

    25 bizarreries nationales suisses
    Instagram: @matitjahu1

    19. Les minarets sont interdits par la constitution depuis 2009, la majorité des personnes ayant voté pour cette interdiction.

    Les minarets sont interdits par la constitution depuis 2009, la majorité des personnes ayant voté pour cette interdiction.
    Wikimedia: Nadf / Via de.wikipedia.org
    Il y a quatre minarets au total, l’un d’eux en photo ci-dessus.

    20. Il existe beaucoup de dialectes en Suisse, et visiblement, ils n’ont pas été créés pour être écrits.

    Il existe beaucoup de dialectes en Suisse, et clairement, ce n'a pas vraiment été créée pour être écrite.
    zuerich_myth / Via instagram.com

    21. Beaucoup de dialectes on disait? Surtout que le pays est assez petit. Par exemple, il y a plus de 30 mots pour dire trognon de pomme en Suisse allemand.

    Beaucoup de dialectes on disait? Surtout que le pays est assez petit. Par exemple, il y a plus de 30 mots pour dire trognon de pomme en Suisse allemand.
    ailan_nina / Via instagram.com

    22. À l’école, les élèves doivent choisir entre couture, travaux manuels et cuisine.

    À l'école, les élèves doivent choisir entre couture, travaux manuels et cuisine.
    Cuisine Helvetica / Via instagram.com

    23. L’abréviation du pays est CH signifie Confoederatio Helvetica en latin. Une langue que plus personne ne parle. Normal, nan?
    Mais en français : Confédération Helvétique.

    L'abréviation du pays est CH signifie Confoederatio Helvetica en latin. Une langue que plus personne ne parle. Normal, nan?
    freezinglightstudio / Via instagram.com
     
    Ce post a été traduit de l’anglais.
     
     

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Avant de me coucher, mes derniers instants c’est avec lui que je les passe. Il est à mes côtés lorsque je m’endors, quand je me réveille, où que j’aille, il m’accompagne partout et à n’importe quelle heure de la journée. Je ne peux plus me séparer de lui, il me remet dans le droit chemin lorsque je suis perdue, si je l’oublie quelque part, c’est comme si je perdais une partie de moi… À quoi est-ce que je fais allusion ? Au Smartphone bien sûr !Grâce aux Smartphones, nous sommes plus connectés que jamais. Mais ne passons-nous pas à côté de beaux instants réels gâchés par le virtuel ?

    Voici la preuve en 20 illustrations que le téléphone prend le dessus et de l’impact du smartphone sur notre vie de tous les jours.

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

     

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

    Les accros du smartphone !

     

    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

    Le street view, une expression de ce que l'on fait de la planète

     

    votre commentaire
  • C'est vrai que vu comme ça, ça fait moins envie... Quasi la moitié de sucre !


    1 commentaire